La tortue des bois

Six des huit espèces de tortues présentes au Québec sont rares ou vulnérables. Tel est le cas de la tortue des bois que l’on retrouve d’ailleurs ici même à Shefford. Non seulement la tortue des bois est rare mais aussi en situation précaire, et ce, depuis mars 2005 selon la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska (FSÉTHY). Tortue des bois (2)

La répartition de cette tortue est irrégulière et on l’aperçoit dans les rivières sinueuses, dont le fond est sablonneux et pierreux et dans les milieux terrestres adjacents. Soyez attentifs durant le mois de juin ! Les tortues femelles se déplacent plus fréquemment pour trouver un site convenable pour pondre leurs œufs. Vous les observerez peut-être en train de creuser ou de déposer leurs œufs sur l’accotement de sable ou de gravier des routes, un comportement dangereux pour leur survie en raison du risque élevé de collision.

Des sites de ponte dans le bassin versant de la Yamaska

La modification et la destruction de leur habitat, causées par l’activité humaine, constituent des menaces pour l’espèce. L’OBV Yamaska mène actuellement un projet pour en savoir davantage sur la tortue des bois. Des caractérisations ont été menées dans le bassin versant de la Yamaska pour localiser les sites de ponte. Des propriétaires qui résident dans l’habitat de la tortue des bois ont reçu des cahiers personnalisés afin d’adopter de bonnes pratiques pour protéger l’espèce. Déjà une quarantaine de cahiers ont été remis avec des indications précises sur quoi faire et ne pas faire.

Vous avez observé une tortue rare ?

Il est recommandé de rapporter votre observation en trois étapes :

  • Prendre une photo de la tortue
  • Notez l’endroit où vous vous trouvez
  • Remplir la fiche de signalement pour le Projet Carapace au carapace.ca

Si vous avez connaissance d’actes de braconnage, comme la chasse ou la capture ? Contactez SOS Braconnage au 1 800 463-2191.

Source : www.carapace.ca

Pour en savoir plus